Chirurgie de grande myopie, hypermétropie et d'astigmatisme


La correction de ces défauts est souvent impossible au laser Excimer soit à cause des limitations du système soit à cause du risque de blesser la cornée (réduction excessive de son épaisseur). Dans ces cas, la correction peut souvent être réalisée en implantant ce qu’on appelle les « lentilles intraoculaires phaques ».


Ces lentilles existent sous différentes formes et leur utilisation dépend du cas à traiter et de la préférence du chirurgien.



Maladies oculaires produites par le diabète


Il est bien connu que le diabète dans tous ses stades peut produire une affection oculaire, la plus fréquente et la plus grave étant la rétinopathie diabétique.


Le processus de base consiste en une altération de la microcirculation de la rétine qui entraîne différents processus pathologiques qui peuvent conduire à la cécité, surtout s'ils ne sont pas traités rapidement et correctement.


Souvent le patient ne perçoit pas l'aggravation de sa perte de vue dû à la lenteur du processus.


Souvent lorsque le patient présente des symptômes, la lésion est déjà très avancée et par conséquent réfractaire au traitement.



Chirurgie du corps vitré et de la rétine


Grâce à de très importants progrès réalisés dans les techniques chirurgicales et à l'utilisation de technologie de pointe, nous sommes qualifiés aujourd’hui pour traiter des maladies qui étaient considérées incurables il y a quelques années.


Actuellement, même les décollements de rétine très compliqués peuvent être résolus avec une proportion de succès très élevée.


Cela vaut aussi pour les processus très avancés de la rétinopathie diabétique.


L'utilisation de divers systèmes laser ainsi que la technologie très avancée pour la chirurgie du corps vitré sont fondamentales dans cette évolution positive.


Chirurgie de la paupière fonctionnelle et cosmétique


Il existe une importante variété de techniques chirurgicales destinées à corriger les défauts des paupières.


Il s'agit principalement de techniques chirurgicales fonctionnelles, cosmétiques et réparatrices.


La blépharoplastie cosmétique est habituellement utilisée pour éliminer un excès de peau et de matière grasse des paupières supérieures en obtenant ainsi une amélioration fonctionnelle (élévation de la paupière) et un aspect plus jovial. La blépharoplastie inférieure, d'autre part, consiste principalement à éliminer la matière grasse (poches des paupières).


Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMAE)


Étant donné le vieillissement progressif de la population, cette maladie est de plus en plus fréquente.


Elle se manifeste par une importante modification de la vue centrale. La capacité de lecture est fréquemment perdue, même dans la phase initiale de la maladie.


Il existe principalement deux formes de dégénérescence maculaire qui sont connues comme la forme humide ou exsudatif et la forme sèche.

Dans la forme exsudative une croissance des néovaisseaux se produit (formations vasculaires qui se produisent rapidement). Ces néoformations perdent fréquemment du liquide ou du sang qui s'accumulent dans la rétine et sont la cause d'une destruction progressive de cette dernière.


Jusqu'à il y a huit ans le seul traitement consistait en une photocoagulation au laser qui produisait une occlusion des néovaisseaux freinant l'exsudation.


Cette procédure donne lieu à une destruction de la rétine de degré variable suivant le type de laser utilisé.


Il y a environ huit ans une révolution dans le traitement de cette maladie s'est produite avec l'apparition de médicaments inhibiteurs de la croissance endothéliale. On les appelle génériquement Anti-VEGF (Anti-Vascular Endothelial Growth Factor).


Ces produits sont directement injectés dans l'humeur vitrée (intervention chirurgicale mineure).


Ils freinent la néoformation des vaisseaux, ceux-ci étant beaucoup moins agressifs pour la rétine que les différents lasers employés jusqu'à présent.


Cataracte


On appelle cataracte l'opacification du cristallin, qui est une « lentille biologique » de l'œil. Les causes principales sont : le vieillissement, les traumatismes, les maladies métaboliques (diabète) et les processus inflammatoires (par exemple l’iridocyclite de différentes étiologies, entre autres).


Le cristallin est responsable d'environ 20% de la puissance dioptrique de l'œil.


La détérioration progressive de la vue qui cause une cataracte peut être corrigée, au moins partiellement, par des changements dans la prescription de lunettes.


Quand l'opacification augmente, la solution est purement chirurgicale et consiste en l’extraction du cristallin et son remplacement par une lentille intraoculaire.


La méthode actuelle connue comme phacoémulsification consiste en une émulsification – aspiration du noyau dur du cristallin au moyen d’ultrasons et aspiration du reste de substances molles.


Dans des cas compliqués (par exemple cataractes très dures) l'ultrason de la phacoémulsification peut être très préjudiciable pour les structures oculaires, spécialement pour la cornée. Dans ce cas, on peut utiliser une technique manuelle de petite incision telle que la technique décrite par le Dr Infantes.


Suivant la technique employée, la taille de l'incision varie entre 1,5 – 3,2 mm. La lentille qu’il faut implanter est introduite pliée à travers l'incision et se déplie ensuite à l’intérieur de l'œil et en la fixant dans le sac capsulaire du cristallin.


La lentille implantée compense d'une part la perte de puissance réfractive de l'œil causée par l'extraction du cristallin ainsi que le défaut réfractif préalable (lunettes) qui existait déjà avant l'opération. Ceci permet au patient de ne pas porter de lunettes pour effectuer la plupart des activités.


Cette technique mini-invasive est pratiquée presque sans aucune gêne et permet une rééducation rapide de l'œil.


Chirurgie réfractive avec la technique LASIK


Cette technique chirurgicale est employée pour corriger les défauts réfractifs de l'œil tels que la myopie, l’hypermétropie et l'astigmatisme.


La myopie est due à un excès de puissance réfractive de l'œil, ayant ce dernier une taille plus grande. Le cadrage de l'image se produit devant la rétine. Le patient perçoit une image qui n’est pas nette s’il n'utilise pas une correction appropriée.


L’hypermétropie c’est le contraire. L'œil hypermétrope possède une puissance réfractive insuffisante avec une longueur axiale plus petite (petit œil), c’est pourquoi l'image se forme derrière la rétine.


Dans l'astigmatisme, il existe une courbure irrégulière de la cornée, étant ainsi la puissance réfractive différente dans deux méridiens. Dans ce cas, l'image se forme indistinctement avant ou après la rétine selon le méridien de l'œil.


La cornée est responsable d'environ 70 % de la puissance réfractive globale de l'œil. Elle se comporte comme une lentille biologique qui avec le cristallin contribue à cadrer l'image sur la rétine.


Cette forte puissance réfractive de la cornée est basée fondamentalement sur sa courbure.

Le moulage de la cornée avec le laser est produit dans la courbure antérieure de la cornée. De cette manière, des changements de la puissance réfractive de l'œil peuvent se produire pour compenser les défauts préexistants.


La technique de LASIK (Laser In situ Keratomyleusis) est la plus répandue pour le traitement des petits ou moyens défauts réfractifs.


Du Grec : Keratos qui signifie cornée et Myleusis sculpter. Le changement de la courbure est réalisé par l’application du laser Excimer dans la surface de la cornée. Le traitement au laser est effectué après avoir décollé un volet de la surface de la cornée antérieure. Après avoir séparé le volet, il faut appliquer la radiation laser sur la cornée exposée en façonnant ainsi la forme de cette dernière. Comme il s’agit d'un volet très fin lorsqu’on le remet, sans avoir besoin de sutures, il reproduit la forme pratiquée dans les couches les plus internes.


Pour réaliser cette technique, l'application de gouttes anesthésiques suffit. La forte concentration du produit anesthésique qui est atteint dans les couches les plus superficielles de la cornée, avec la rapidité de la procédure, rend possible sa pratique sans gêne pour le patient


Glaucome


Le glaucome est une maladie qui présente une détérioration progressive de la fonction du nerf optique. Le symptôme type est la réduction progressive du champ visuel qui à des stades tardifs de la maladie peut produire une cécité complète.


Le facteur le plus important (bien qu’il ne soit pas le seul) est l'élévation de la pression intraoculaire, ce qui interfère avec la circulation du pôle postérieur de l'œil et affecte ainsi le nerf optique et la rétine.


Généralement, les patients ne remarquent rien car la progression de la maladie est insidieuse et les changements très lents. Par conséquent, le diagnostic est fréquemment établi tardivement ce qui réduit le succès thérapeutique puisque l'œil peut déjà avoir d'importantes lésions lorsque le patient commence à sentir quelque chose. Les lésions qui sont déjà établies sont irréversibles. Le diagnostic précoce (normalement au cours d'un examen de routine) et un traitement approprié sont donc extrêmement importants pour conserver le plus de fonction possible.



Traitemen

Il s'agit principalement de réduire la pression intraoculaire à des niveaux sûrs, lesquels seront différents pour chaque patient. La thérapie doit donc être adaptée de façon individuelle pour chaque patient. 


Il y a principalement trois formes de traitement.

Láser
C'est une méthode efficace, confortable, non douloureuse et facile à réaliser. Il devrait être, à notre avis, le premier traitement à appliquer à condition qu'il existe des possibilités qu’il fonctionne. Les effets indésirables sont quasi nuls. Le laser est utilisé habituellement comme deuxième option lorsqu’une réduction suffisante de la pression intraoculaire en employant des gouttes antiglaucomateuses n’a pu être obtenue. Nous ne partageons pas cet avis, car généralement le traitement au laser après une thérapie médicamenteuse maximale abouti à un échec. Il existe différents types de laser pour le traitement du glaucome.

Gouttes (collyres)
C'est la méthode la plus répandue pour traiter le glaucome. Il existe différents types de médicaments avec diverses actions thérapeutiques pour la réduction de la pression intraoculaire. Le choix du médicament à utiliser dépend de différents facteurs tels que l’efficacité, la tolérance et les effets secondaires.

Chirurgie
Lorsque les méthodes précédentes n'obtiennent pas la réduction de la tension visée, un traitement chirurgical est nécessaire. Il existe ici aussi différentes techniques dont l'utilisation dépend du cas à traiter ainsi que de l’avis du chirurgien.

 

Procededures

HOMEDebut.frances.html